FAQRechercherPortailAccueilAccueilForumPraline au mielS'enregistrerConnexionMembres


Partagez | 
 

 Nécrographie d'Alice Beauval

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
3phy

 
avatar

Messages : 7420


MessageSujet: Nécrographie d'Alice Beauval   Dim 22 Aoû - 23:26

Préface


______Ce que vous allez lire est une histoire qui, comme beaucoup d'autres histoires de style biographique, retrace une existence. Cependant, cette histoire ne devrait pas porter le nom de "biographie". Elle devrait plutôt être qualifiée de "nécrographie".

______Vous vous demanderez certainement ce qu'est une "nécrographie". Bien que l'appellation puisse être trompeuse, il ne s'agit pas d'un récit macabre décrivant les circonstances d'une mort. Il s'agit simplement du récit de l'existence post-mortem d'une personne. Car si certaines personnes on la chance d'avoir une vie digne d'être racontée, d'autres ont en revanche une vie sans aucun intérêt. Et si ces personnes à la vie plate et monotone se considèrent malchanceuses et envient l'existence d'autrui, elles devraient savoir que certaines âmes sont encore plus à plaindre. Cette histoire raconte l'existence de l'une d'elles, d'une personne ayant les deux pieds dans la tombe avant de les avoir dans le berceau.

______Cette "nécrographie", plutôt que d'être divisée en chapitres se suivant et s'enchaînant inlassablement, comme suivant les flots du temps, se compose de plusieurs "passages" narrant un moment d'existence, une facette de personnalité, un lieu ou un événement important ou même une vie relative à la personne au centre de cette histoire.







Du cercueil au berceau


______Tout a commencé une froide soirée de novembre, avec la naissance de la petite du couple De Beauval: Alice. Cette naissance qui aurait du être tout a fait banale s'avéra être marquée par une terrible tragédie. L'enfant qui venait d'arriver au monde n'était pas vivante. Mais elle ne pouvait être qualifiée de "morte" pour autant. Cette pauvre enfant s'avéra être née mi-fantôme, mi-humaine. Personne n'était capable d'expliquer ce phénomène. La théorie des médecins était que cette enfant devait être née de l'union de la mère avec un défunt. Celle de l'Église était que toute cette histoire était l'œuvre du démon et que l'enfant devait être exorcisée de sa partie spectrale puis purifiée pour trouver le salut.

______Marguerite De Beauval, la mère d'Alice, en apprenant le tragique état de sa fille, sombra dans la démence et se dévoua corps et âme à la religion, allant jusqu'à souhaiter sa mort et celle de sa progéniture. Thomas De Beauval, le père d'Alice, un homme fort raisonnable et lucide, décida de fuir la folie de sa femme pour sauver sa fille. Cet homme était issu d'une famille noble dont la richesse suffisait amplement pour partir s'installer à la campagne dans une luxueuse demeure et vivre des jours heureux avec sa fille sans travailler. C'est d'ailleurs ce qu'il fit. Dans la nuit suivant la tragédie, cet homme s'enfuit du manoir de son épouse avec sous le bras un cercueil dont l'occupante n'était ni morte, ni vivante.

______C'est ainsi que commença l'existence d'Alice, en compagnie d'un père aimant et de quelques serviteurs, dans une grande demeure d'une région reculée qui était dans la famille du père d'Alice depuis de nombreuses générations. Les habitants de cette région avaient surnommé ce grand manoir "le domaine des roses" en raison des somptueux massifs de rosiers à l'entrée. Selon les anciens, ce nom aurait été donné à cette bâtisse en l'honneur de deux magnifiques femmes qui y auraient vécu il y a longtemps. Mais cette soi-disant origine fut le plus souvent considérée comme un fantasme de personnes âgées. Ce qui était sûr, en revanche, c'était l'admiration que portait l'ensemble de la population à l'égard de cette roseraie qui, bien que n'étant apparemment jamais entretenue, resplendissait tout au long de l'année.

______En ce qui concerne la mère d'Alice, il est dit que le lendemain, en voyant que sa fille et son mari avaient disparus, elle se donna la mort, emportant avec elle trois prêtres et un médecin.







Déchéance et imperfection


______Les premiers mois d'existence d'Alice se déroulèrent presque normalement. Bien que sa condition à moitié spectrale la rendait très différente sur de nombreux points, il fut relativement aisé de cacher cette vérité à la plupart des gens. Les différences avec un être humain normal les plus notables étaient une température corporelle proche de dix degrés et l'absence de besoins vitaux tels que l'alimentation ou le sommeil. Le fait qu'Alice n'ait pas besoin de manger pour continuer à exister fut une des plus grandes sources de préoccupation pour son père dans les premiers temps. En effet, n'ayant que peu de connaissances en médecine et ne pouvant faire appel à des personnes qualifiées dans le domaine afin d'éviter de voir la tragédie du jour de naissance de sa fille recommencer, il ne savait pas si cela était dû a une absence d'instinct ou simplement à une absence de besoin. Cependant, cette "faculté" se révéla finalement être très utile étant donné que la petite n'avait plus de mère pour la nourrir et qu'aucune nourrice ne pouvait s'occuper d'elle -soit elles n'étaient pas digne de confiance, soit elles refusaient catégoriquement de nourrir un "tel monstre", pour reprendre leur expression-. En revanche, le fait qu'elle n'ait pas non plus besoin de dormir fit vivre un véritable enfer à toute la maisonnée qui ne pouvait fermer l'œil de la nuit à cause des cris incessants de la petite qui n'avait rien d'autre à faire de toute la nuit.

______Cet enfer nocturne prit fin après plus d'un an, une fois que Marianne, la servante chargée de s'occuper et d'élever Alice -à cette époque, il était impensable qu'un enfant de famille noble soit élevé par les parents et, à plus forte raison, par son père seulement-, réussit à la faire dormir la nuit -car même si elle n'avait pas besoin de sommeil, il lui était quand même possible de dormir et de rêver-.

______Après cela commença une période de bonheur pour la petite, en compagnie de son père... ou du moins, cette période aurait dû commencer. Cependant, comme par un vicieux coup du destin, le père d'Alice se vit retirer son titre de noble et la particule de son nom pour quelques obscures raisons. Il fut quand même autorisé à garder son manoir et ses serviteurs que l'on disaient "maudits par son monstre de fille" dans la haute société. Il fut également, dans la foulée, renié par ses parents. Tout homme dans son cas n'aurait fait qu'une chose: remettre à l'Église ce "monstre" afin de l'exorciser et de le purifier comme il en a été prévu à l'origine, puis aller ramper et lécher le sol pour récupérer son si précieux titre de noblesse. Mais étant un homme raisonnable et lucide, le père d'Alice ne fit rien de cela. Il vendit ses biens les plus précieux, se séparât de ses serviteurs les moins dévoués et les moins proches d'Alice et trouva un travail dans cette région isolée où la véritable nature de sa pauvre fille était encore inconnue. Ce fut bien évidemment une chance pour lui, car personne n'aurait voulu acheter les services d'un homme dont la progéniture était déclarée comme "démoniaque" et "impure" par l'Église. Il avait fait tout cela afin de garder le confort et le luxe dans lequel baignait Alice car, comme il le disait si bien, s'il n'avait pas pu offrir une vie à sa fille, il pourrait lui offrir un monde. Cependant, son travail lui demandant beaucoup de temps et d'effort, il ne pouvait plus passer de temps avec sa chère enfant, la laissant vivre avec pour seul entourage les serviteurs et ses poupées.

______Et c'est dans cet univers là qu'apparurent les premiers souvenirs d'Alice.







Une douce solitude


______Depuis que le père d'Alice avait trouvé un emploi, la fillette s'était retrouvée plongée dans la solitude. Il travaillait sans relâche du matin au soir. Il quittait la demeure avant l'aube et ne rentrait qu'une fois la nuit tombée. Une fois de retour il était tellement exténué qu'il allait se coucher parfois même sans manger et n'avait plus de temps à passer avec sa fille. Les serviteurs, quant à eux, étaient trop occupés pour pouvoir s'occuper de la petite. Le père d'Alice ayant du en renvoyer un bon nombre d'entre eux, ils devaient à présent faire à quatre le travail de dix, ayant, à l'instar du pauvre homme, trop de labeur pour avoir du temps de côté. La petite fille avait donc pour seule «compagnie» ses quelques poupées et de vieux jouets trouvés dans la poussière du grenier.

______Toutes ses journées se ressemblaient. Alice se réveillait après le départ de son père le matin et jouait sur le grand tapis de sa chambre jusqu'à l'heure du déjeuner. Elle aimait beaucoup ce tapis car il avait une douce odeur de poussière mélangée à un parfum de menthe poivrée qui s'était profondément incrusté dans les fibres après qu'une supposée précédente occupante de la chambre y ait renversé quelque parfum dessus. Elle l'appréciait également car, le tapis se situant entre les deux fenêtres, il était toujours baigné d'une lumière chaude et réconfortante, contrairement à une majorité des pièces de l'aile dont les fenêtres étaient condamnées pour la plupart. Après le déjeuner, Alice retournait jouer sur son grand tapis, réchauffée cette fois par la lumière de l'après midi. Dans des circonstances normales, une telle ambiance aurait été propice à un doux sommeil. Cependant, Alice n'étant pas sujette à la fatigue, elle continuait de jouer en silence seule dans son immense chambre.

______Il arrivait parfois qu'au moment des beaux jours elle soit autorisée a sortir dans la roseraie avec le majordome qui prenait à cette occasion les fonctions de jardinier. Alice aimait se promener au milieu de toutes ces roses. Les parfums de l'extérieur étaient très différents de ceux auxquels elle était habituée. Elle restait souvent debout au milieu de l'allée principale, rêvant de pouvoir passer un jour le grand portail se trouvant au bout et de partir voir les merveilles qui se dessinaient derrière les motifs. Cependant, ce grand portail en fer restait toujours clôt et pas une seule fois elle ne l'avait vu s'ouvrir. Elle s'en retournait donc marcher entre les rangées de rosier, contemplant les fleurs silencieusement.

______Une fois le soir venu, Alice allait toujours se mettre sur le grand fauteuil de sa chambre. Il se trouvait à coté de la fenêtre donnant sur l'allée principale et elle y restait assise, du thé jusqu'au dîner, à scruter l'horizon de ses grand yeux vides. Durant ces moments là, elle était comme coupée du monde. Elle ne semblait réagir ni au bruit que faisaient les serviteurs qui préparaient le repas, ni à la luminosité mourante qui précédait la nuit. Madeleine, la servante la plus proche d'Alice, venait la tirer de cet état là lorsque le dîner était servit et ensembles, elles descendaient à la salle à manger.

______Bien qu'elle n'avait pas besoin de se nourrir pour exister, Alice tenait à ces repas. Elle les passait toujours seule sur la grande table, les serviteurs apportant un à un ses différents plats. Tout ceci avait bien sûr l'air d'une perte de temps et d'argent en tout point de vue, mais la petite fille chérissait ses repas qui lui donnaient un certain sentiment d'humanité. Une fois le repas terminé, Alice remontait seule dans sa grande chambre pendant que Madeleine aidait à débarrasser la table. Une fois remontée, elle retournait s'assoir dans son fauteuil trop grand pour elle, essayant de scruter le bout de l'allée a travers la nuit. La plupart du temps, elle finissait par laisser tomber et se dirigeait a tâtons dans l'obscurité vers son grand lit, accablée par l'ennui et la fatigue de la journée. Car même si le sommeil n'était pas vital pour elle, elle avait prit assez rapidement l'habitude de dormir, ce qui l'avait finalement rendue sensible à la fatigue.

______Jours après jours, Alice menait cette vie monotone, voyant les saisons s'enchaîner inlassablement. Elle continuait malgré tout a trouver une certaine satisfaction dans tout cela, bien qu'elle ne se rendait pas compte qu'elle laissait s'échapper les plus belles années de son enfance.






Le professeur

______Lorsqu'Alice eut cinq ans, Thomas Beauval décida qu'il était temps pour sa fille d'être instruite. A l'époque, l'instruction des filles commençait très tôt afin qu'elles puissent être mariées dès leurs seize ans. Bien-sûr, le père ne projetait pas de marier sa fille car elle aurait été retrouvée par l'église à coup sûr, mais il voulait quand même qu'elle ait les même connaissances que les autres enfants de son âge. N'ayant pas assez d'argent pour louer les services d'un professeur et ne pouvant pas l'envoyer à l'école, il dû vendre tout le mobilier de l'aile nord du manoir, réduisant l'espace vivable à l'aile principale et quelques pièces de l'aile est. Malgré tout l'argent obtenu grâce à la vente des meubles, il ne put engager les professeur que pour une année. Pourtant, ce n'était pas les leçons qui revenaient si chères. C'était le prix du silence du professeur.

______Les leçons avaient lieu trois fois par semaine et duraient de neuf heure à midi, soit neuf heure de leçon par semaine. Le père d'Alice avait jugé cela suffisant pour que sa fille apprenne la lecture, le calcul, les règles de bienséance et un peu la musique. La première leçon était fixée le premier samedi d'octobre. A neuf heure précises, une silhouette se dessinait à travers les brumes de l'automne, immobile sous le porche de la porte du manoir. Un serviteur ouvrit la porte, fit entrer le professeur et lui indiqua la direction de la salle d'étude où Alice l'attendait depuis déjà vingts minutes. Lorsque le professeur ouvrit la porte, la fillette put enfin voir de près la silhouette qu'elle avait vu traverser l'allée principale. Il s'agissait d'une femme d'une quarantaine d'années très élégante dont le regard sévère imposait respect et obéissance. Elle portait une grosse valise en cuir qu'elle déposa à coté de la porte et l'ouvrit pour prendre des affaires. Puis, elle s'arrêta subitement pour se tourner vers Alice, qui était restée figée là, la fixant de ses grands yeux vides. Le professeur la regarda un moment puis, ne voyant aucune réaction de la fille, lui demanda d'une voix ferme quelle éducation elle avait pu recevoir pour ne pas saluer son professeur et se présenter. Alice était tétanisée. C'était la première personne qui lui adressait la parole en dehors des serviteurs. Elle fini par bégayer quelques mots incompréhensibles dont le professeur dut se contenter. Après cela, elles s'assirent toutes les deux de part et d'autre du bureau pour commencer la leçon qui dura trois longues heures. Malgré la porte fermée, on entendait la voix sévère du professeur sermonnant sa nouvelle élève qui ne disait mot, endurant ces heures d'apprentissage comme on endurerait une série de coup de fouet. Lorsque la leçon fut terminée et que la porte s'ouvrit, il ne fut pas difficile de voir qu'Alice n'avait pas fait bonne impression a son nouveau professeur.

______Ce jour là, Alice ne descendit pas à la salle à manger pour prendre son repas. Elle fila à travers les couloirs pour rejoindre sa chambre et s'y enfermer jusqu'au soir. Cette situation inquiéta beaucoup Madeleine, qui essaya de lui demander ce qui n'allait pas. Elle avait beau appeler et frapper sur la porte, cette dernière restait close. Elle s'assit, le dos collé à la porte, attendant une réponse de la jeune maîtresse malgré la masse de travail qui l'attendait. Un lourd silence s'installa. Madeleine resta assise de longues heures dans ce couloir froid et sombre au milieu de ce silence pesant qui n'était brisé que quelques seconde par les coup résonants de l'horloge du bureau. Alors que le soleil commençait à disparaître au loin, le silence fut de nouveau brisé. Mais cette fois la faute ne revînt pas à l'horloge mais aux sanglots étouffés passant sous la porte de la chambre. Alice était en larme. Ses premières larmes depuis sa naissance. En entendant ces pleurs, Madeleine se leva sans bruit, secoua sa robe qui s'était empoussiérée et retourna a ses tâches. Un sourire de satisfaction était apparut sur son visage. Elle se disait en elle même que finalement cette leçon avait appris une chose fondamentale à sa maîtresse: l'expression de ses sentiments.

______Le mardi suivant, le professeur revint pour la seconde leçon et Alice remarqua que quelque chose avait changé. Elle avait toujours ce même air sévère et droit, mais son regard n'était pas aussi froid. Elle avait l'air tellement plus chaleureuse. Peut-être parce que ce jour là, le soleil était de sortie. Quoi qu'il en soit, tout se déroula comme la fois précédente. Le professeur posa sa grosse valise à coté de la porte, sortit ses affaires et se tourna vers Alice. La fillette la fixa et ses yeux vides s'emplirent de larmes. Rien n'avait changé. Cette sensation de chaleur sur son visage n'était qu'illusion, pensa Alice, prête à pleurer à la première remarque. Mais ce jour là, le professeur ne la sermonna pas. Elle lui demanda simplement si elle allait mieux depuis la dernière leçon, arborant un sourire amical. Elle n'avait rien de cette femme froide qu'elle avait rencontrée le samedi précédant, pensa Alice qui se força a sourire pour la première fois. Le professeur l'invita à s'assoir pour commencer la leçon du jour.

______A partir de ce jour là, Alice devint très proche de cette femme chargée de l'instruire. Elle avait enfin trouvé une personne avec qui parler et, peu à peu, elle sorti de son silence, s'ouvrant au monde des mots.






Le voyage des mots

______En seulement quelques mois, Alice avait appris à lire. Son père comme son professeur n'en revenaient pas. Cette petite, malgré son jeune age, était déjà dotée d'une très grande intelligence et d'une capacité d'apprentissage bien au dessus de la moyenne. Cependant, elle n'avait que cinq ans et demi et tout le monde pensait que c'était une enfant prodige. Seule la servante Madeleine avait compris ce qui s'était vraiment passé. La pauvre Alice étant toujours seule, elle s'était prise de passion pour les livre et avait redoublé d'effort pour les comprendre. Lorsque l'été arriva, Alice était déjà capable de lire romans et essais seule.

______Elle passait les chaudes après-midi de juillet plongée dans ses lectures sur le fauteuil installé dans la bibliothèque. Elle lisait absolument tout ce qu'elle trouvait, même si bien souvent elle n'en comprenait pas le sens. Mais son livre favori restait un vieil ouvrage sur les pays du monde. C'était un très vieux livre dont la couverture partait peu à peu en lambeaux. Les pages étaient jaunies par le temps et dégageaient une forte odeur de poussière et de moisissure. Il manquait toutes les pages de la lettre P à la lettre R. Sur les pages du A, les textes commençaient à s'effacer et tous les coins étaient arrachés. Dans les pages des F se trouvaient plein de fleurs séchées qui avaient laissé des traces indélébiles sur les illustrations vieillies. Malgré le piteux état de ce livre, Alice l'aimait et prenait soin à chaque fois de remettre les fleurs aux pages des F comme si elles avaient fait parti du livre. La fillette venait sans s'en rendre compte de découvrir une des plus belles choses qu'il soit: l'amour des livres. Elle se plongeait passionnément dans les descriptions de tous ces pays et les récits relatant les us et coutumes de ces peuples si différents, voyageant à travers les mots et découvrant ce monde qu'elle espérait voir un jour de ses propres yeux. Mais de tous les chapitres du livre, celui qu'elle affectionnait le plus était celui de la Chine. Ses paysages enchanteurs, ses coutumes exotiques et ses villes que l'on dirait sorties d'un rêve captivaient et passionnaient la fillette qui ne se lassait pas de lire et de relire toutes ces merveilles. Et parmi tout cela, une chose l'attirait plus que tout: Shanghai. Il lui arrivait de rester des heures à contempler les pages concernant cette ville en songeant, un sourire sur les lèvres.

______L'été passait doucement. Alice continuait tranquillement son train de vie, passant trois matins par semaine avec son professeur, dévorant des livres l'après-midi et s'occupant de ses poupées le reste du temps. Lorsque arrivèrent les premiers jours d'automne, Alice avait fini son apprentissage et passait la plupart de ses leçon à boire le thé avec son professeur, parlant de voyages, de livres et de rêves. Alice avait enfin une vie que l'on pouvait qualifier d'enviable. Elle savait enfin exprimer clairement ses émotions et avait ouvert son cœur à une personne de chair et de sang. Elle aurait souhaité que cela dure éternellement. Mais le mois d'octobre arriva. Le premier samedi d'octobre, Alice accouru à la porte dès qu'elle vit la silhouette de son professeur se dessiner à travers le brouillard. Il s'était passé un an depuis la première fois où la petite avait vu cette scène. Bien des choses avaient changées depuis cette époque. Lorsque la porte s'ouvrit, le professeur semblait différente des autres fois. Elle avait un regard glacial, presque insultant envers Alice. Elle s'approcha de l'enfant, s'agenouilla devant elle et lui dit avec la même voix sèche qu'a leur première rencontre: «C'est notre dernier jour aujourd'hui. J'ai été contente de te connaître». A ces mots là, Alice recula d'un pas et courut jusqu'à sa chambre, les larmes coulant sur ses joues glaciales. Le professeur la regarda disparaître au fond du couloir, remercia les serviteurs qui étaient là et reparti dans la brume. Elle fit quelques pas puis s'arrêta. Elle se retourna et fixa longuement la fenêtre de la chambre de son ancienne élève puis s'en alla définitivement vers le grand portail du fond de l'allée. Si ce jour là, Alice avait été à sa fenêtre... Si ce jour là, il n'y avait pas eu de brouillard... Cette petite fille si triste aurait pu voir les larmes coulant à flot sur les joues rougies par la bise froide de son cher professeur.

______En ce triste samedi d'octobre, Alice venait de recevoir sa dernière leçon. Elle venait d'apprendre la douloureuse sensation que l'on ressent lorsque qu'on perd un être cher.



Dernière édition par Ephy le Jeu 26 Aoû - 23:21, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
3phy

 
avatar

Messages : 7420


MessageSujet: Re: Nécrographie d'Alice Beauval   Dim 22 Aoû - 23:34

Voilà. Je double poste pour dire que:
1- J'actualiserai au fur et a mesure cette histoire sur le premier post afin que tout cela reste clair.

2- j'accepte bien entendu les critiques (notamment sur le style) mais aussi d'éventuelles suggestions (toujours pour le style, bien entendu). Pour ce qui est des critiques sur le contenu, vous êtes libres d'aimer ou pas mais il y a peu de chance pour que cela influence sur le déroulement des choses.

3- Si y'a des questions sur l'histoire afin de clarifier certain points, j'y répondrai avec plaisir

4- Je ne veux en aucun cas des posts monolignes pour dire "c bien" ou "c'est nul" ou autre trucs inconstructifs. Les encouragements de ce genre c'est bien gentil mais c'est pas vraiment ce que je recherche. Pour blablater y'a la taverne (ou alors les MP).
Voilà. Donc pour garder un minimum de sérieux ici j'hésiterai pas à abuser de mes pouvoir d'admins.

Edit: Les correction orthographiques sont fait très aimablement par Kaila. Donc je e remercie grandement pour tout ça.


Dernière édition par Ephy le Mar 24 Aoû - 0:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xnqıq

avatar

Messages : 2952


MessageSujet: Re: Nécrographie d'Alice Beauval   Dim 22 Aoû - 23:37

Désolé


C'est triste.








Mouhaha ! :F



Bon, disons que je commenterais mieux quand il y aura un peu plus de contenu, mais ça m'a l'air de commencer fort bien Clin d\'oeil

EDIT : arf, grilled, je vais me faire engueuler moi :F


Chevalier de la A ®️onde. (COFI)
*C'est pour déconner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
3phy

 
avatar

Messages : 7420


MessageSujet: Re: Nécrographie d'Alice Beauval   Lun 23 Aoû - 13:49

C'est triste oui.
Bon. je gueulerai pas parce que t'as lu et que tu savais pas.

D'ailleurs je viens de mettre la suite: Déchéance et imperfection"

J'en profite pour dire que, j'écris pas l'histoire dans l'ordre chronologique mais ce sera posté de manière chronologie. Donc il est fort possible qu'une nouvelle partie vienne se loger entre deux parties postées (donc quand je poste, j'annonce le titre de la partie et si le cas se présente, entre quelles parties elle se trouve).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaila
  
  
avatar

Messages : 4252


MessageSujet: Re: Nécrographie d'Alice Beauval   Lun 23 Aoû - 18:10

De plus en plus de fautes de frappe au fur et à mesure qu'on s'approche de la dernière ligne...
Mention spéciale pour "plus part" (=> plupart) et pour ce passage que je n'ai pas réussi à décrypter (en fait, si, mais c'est pour te faire râler):
Citation :
Marianne, la servante chargée de s'occuper et d'élever d'Alice -à cette époque, il était un enfant famille soit elevé par les parents et, à plus forte raison par son père seulement-, réussit à la faire dormir la nuit -car même si elle n'avait pas besoin de sommeil, il lui était quand même possible de dormir et de rêver-.
Outre l'oubli de mots manifeste, évites de mettre plus de passages entre tirets que de texte.

Bon sinon à part ça, rien à dire. Le style est éprouvé et maîtrisé, donc c'est du bon boulot.
L'histoire en elle même est accrocheuse, mais évites de nous donner les chapitres dans le désordre, ce serait sympa et ça éviterais que tu perdes tes lecteurs (nous)...


Achetez RPG Maker MV sur Steam !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
3phy

 
avatar

Messages : 7420


MessageSujet: Re: Nécrographie d'Alice Beauval   Lun 23 Aoû - 18:30

Ha. Désolé pour cette phrase. Un problème de copier/coller.
Voilà la phrase réelle:
Citation :
-à cette époque, il était impensable qu'un enfant de famille noble soit elevé par les parents et, à plus forte raison par son père seulement-

Pour ce qui est des tirets, enfaite ça remplace les parenthèse (parce que les parenthèses, c'est moche).

En ce qui concerne le "plus part", je retrouve pas où c'est... et pour le reste des fautes, désolé mais je ne relit jamais mes textes (donc je ne peux pas voir les fautes).

Et quand je dis donner des chapitres dans le désordre, je veux pas dire que je vais balancer le coeur de l'histoire en vrac. Je veux dire que plus tarde, il est possible que je mette des chapitres "indépendant" qui peuvent se passer entre deux autres chapitres (par exemple une description de la mère d'Alice, je la mettrai juste après la première partie).

Sinon merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léo

 
avatar

Messages : 6108


MessageSujet: Re: Nécrographie d'Alice Beauval   Lun 23 Aoû - 20:13

Tiens je ne savais pas que tu écrivais Ephy. ^^
Ça m'a tout l'air d'être une chouette histoire, c'est très bien écrit, j'ai tout de même relevé quelques fautes mais je ne me souviens déjà plus lesquelles..:F mais à part ça c'est assez agréable à lire. Clin d\'oeil
J'ai hâte de lire la suite.



Chevalier de la A ®️onde. (COFI)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaila
  
  
avatar

Messages : 4252


MessageSujet: Re: Nécrographie d'Alice Beauval   Lun 23 Aoû - 21:08

Citation :
Pour ce qui est des tirets, enfaite ça remplace les parenthèse (parce que les parenthèses, c'est moche).
Non mais j'avais compris, là n'est pas la question...

Citation :
En ce qui concerne le "plus part", je retrouve pas où c'est...
Heu... ctrf+f ?

Citation :
et pour le reste des fautes, désolé mais je ne relit jamais mes textes (donc je ne peux pas voir les fautes).
Relire ses textes, c'est vraiment une bonne habitude à prendre. Surtout qu'au moins la moitié des fautes peuvent être enlevées avec un correcteur automatique.
Un bon texte avec plein de fautes, c'est vraiment du gâchi... surtout pour soi-même...


Achetez RPG Maker MV sur Steam !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kjata

 
avatar

Messages : 2934


MessageSujet: Re: Nécrographie d'Alice Beauval   Lun 23 Aoû - 21:40

OMG ctrl + f j'avais jamais compris à quoi ça servait... Merci !

Bon moi j'ai pas tout lu, comme je l'ai dis je sais plus ou : j'ai les yeux défoncés et lire des gros textes (oui pour mes yeux c'est gros ça (inb4 ctb cmb etc etc)) ça me fait pleurer... Enfin j'ai du mal à lire quoi. Mais sinon j'ai bien pigé que le but c'était pas de nous faire rire. Je trouve ça bien raconté après je suis pas quelqu'un de très littéraire donc j'ai rien à critiquer. ^^ Je trouve ça excellent pour dire ! Après pour les fautes pareil je vais pas trop me la ramener. En tout cas c'est sympa de partager ça avec nous.


.

.

.
NYAN NYAN NYAN...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
3phy

 
avatar

Messages : 7420


MessageSujet: Re: Nécrographie d'Alice Beauval   Lun 23 Aoû - 22:21

Kaila> Je préfère ne pas me relire parce que généralement je trouve mes textes d'une crétinerie sans pareil à la relecture. Et ça me donne envie de tout recommencer... donc je préfère le laisser tel-quel.
Enfaite ce qui me faudrait plutôt c'est un bon correcteur d'orthographe.
Et pour le tirets, si je met mes textes là dedans c'est parce que je vois mal comment les intégrer sans couper le rythme de la narration. Je verrais comment je peux régler ça.

Léo> J'écris pas vraiment enfaite. Mais bon. C'est une histoire que j'ai en tête depuis bien longtemps et je voulais en faire quelque chose. Comme je savais pas quoi, j'ai pensé en faire une série de courts textes.

Tjaak> Arf. Je sais ce que c'est que d'avoir une mauvaise vue. D'ailleurs moi aussi si je lis sans lunette je fini aveugle en trente secondes.
Si tu veux j'édite et je met une police plus grosse, ça me dérange pas.

Ps: Merci à tous et content que ça vous plaise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kjata

 
avatar

Messages : 2934


MessageSujet: Re: Nécrographie d'Alice Beauval   Lun 23 Aoû - 22:24

Nan t'inquiète pas, dès que j'suis dans mon bon quart d'heure, j'me lis ça. Sourit


.

.

.
NYAN NYAN NYAN...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaila
  
  
avatar

Messages : 4252


MessageSujet: Re: Nécrographie d'Alice Beauval   Lun 23 Aoû - 22:28

Citation :
Je préfère ne pas me relire parce que généralement je trouve mes textes d'une crétinerie sans pareil à la relecture.
Tu ne te portes pas en grande estime... Mais si ce n'est que ça, je peux relire et corriger tes textes à ta place, si tu veux.


Achetez RPG Maker MV sur Steam !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
3phy

 
avatar

Messages : 7420


MessageSujet: Re: Nécrographie d'Alice Beauval   Lun 23 Aoû - 22:36

Kaila> Ah ben oui, je veux bien si ça ne te dérange pas.

Tjaak> Okay. Bonne lecture alors (par contre c'est triste. J'espère que ça te mettra pas le moral à zéro...).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xnqıq

avatar

Messages : 2952


MessageSujet: Re: Nécrographie d'Alice Beauval   Lun 23 Aoû - 23:17

Bon, comme tu le sais j'écris moi-même beaucoup (et si tu le savais pas, bah tu le sais maintenant)
et même si je ne pense pas avoir un style irréprochable (loin de là), je suis toujours assez perfectionniste, et donc un critique sévère, mais je sais que tu ne prendra pas ça mal.

Je commence :

Bon, tu utilises des termes se rapprochant du langage soutenu, ce qui montre que tu es quelqu'un qui sait écrire un minimum. Et même si il y a quelques erreurs par-ci par-là, tu possède un bon style d'écriture à ce niveau là, et ton choix des mots est assez bon.

Ensuite, le fait que tu ne te relise pas n'est pas un problème, je déteste moi-même me relire et je peut t'assurer que c'est également le cas de nombreux auteurs dit "professionnels". Mais le problème n'est pas au niveau de la relecture du texte, mais de la relecture des mots.
Je veut dire par là que tu dois jeter un coup d'oeil à tes mots, je pense que tu écris en regardant ton clavier (je peut me tromper), mais que tu tape vite, ce qui fais que tu as régulièrement des petites fautes de frappes, fautes que tu n'aperçoit donc pas toujours.
Un conseil donc à ce niveau là : regarde tes mots. Il te faut toujours t'arrêter dès que tu as un doute au niveau des touches sur lesquelles tu as appuyé, tu devrais ainsi pouvoir éviter les petites fautes comme "il fut relativement aisié" (au passage : je sais pas comment t'as fait pour mettre ce 'i', t'as des gros doigts ou un petit clavier ? oO ).

Sinon, attention à la ponctuation ! Tu as tendance, comme beaucoup, à faire des phrases trop longues, cela donne à ton texte un aspect d'accumulation, qui ne sont pas très sympathique.
Rajoute des virgules et des points, et même des deux points si tu veux ! Comme dit le proverbe : Mieux vaux au trot que au galop trop que pas assez, alors n'hésite pas à ponctuer, cela permettra de ralentir le texte, et invitera le lecteur à faire des pauses. C'est surtout utile car ton récit commente des longues périodes de façon courte, et quand on te lit, cela passe trop rapidement.

N'oublie pas la règle dort d'or de toute personnes racontant une histoire (écrivain comme dessinateur de bandes) : le lecteur est stupide, il faut tout lui faire comprendre simplement. Ainsi si tu exprime un moment long dans le temps, mais court dans le texte, fais comprendre au lecteur qu'il y a eu des pauses entre les évènements Clin d\'oeil

Voila Clin d\'oeil
J'espère que tu as à peu près tout compris (je précise au passage que j'ai passé toute la journée avec une amie prof de français Tire la langue )


Chevalier de la A ®️onde. (COFI)
*C'est pour déconner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
3phy

 
avatar

Messages : 7420


MessageSujet: Re: Nécrographie d'Alice Beauval   Lun 23 Aoû - 23:32

Citation :
Je veut dire par là que tu dois jeter un coup d'oeil à tes mots, je pense que tu écris en regardant ton clavier (je peut me tromper), mais que tu tape vite, ce qui fais que tu as régulièrement des petites fautes de frappes, fautes que tu n'aperçoit donc pas toujours.
C'est une bonne idée. J'essayerai d'y penser. Normalement j'écrit avec word (et je me sert du correcteur d'orthographe pour remettre les choses correctement) mais là je suis sur le bloc note donc très difficile de dénicher les fautes dans des amas de mots sans mise en page.

Citation :
(au passage : je sais pas comment t'as fait pour mettre ce 'i', t'as des gros doigts ou un petit clavier ? ).
Ça, c'est juste que je pense plus vite que ce que je n'écrit. Donc il est courant de voir des lettres plus tôt que prévu dans les mots. C'est aussi pour ça que parfois je me retrouve avec des mots dont il manque la fin ou dont la fin est le début du mot suivant. Si je tappe moins vite je risque de perdre mon idée après.

Citation :
Sinon, attention à la ponctuation ! Tu as tendance, comme beaucoup, à faire des phrases trop longues, cela donne à ton texte un aspect d'accumulation, qui ne sont pas très sympathique.
Rajoute des virgules et des points, et même des deux points si tu veux
Phrases trop longues, je note.
Pour ce qui est des virgules par contre, j'ai tendance à trop en mettre. C'est peut-être parce que j'essaie de pas en abuser qu'au final y'en a pas assez...

Citation :
Ainsi si tu exprime un moment long dans le temps, mais court dans le texte, fais comprendre au lecteur qu'il y a eu des pauses entre les évènements
C'est a dire? Tu peux développer un peu plus?

Sinon merci à toi pour cette grosse critique. Ça va bien m'aider j'espère.

Ps:
Citation :
Bon, tu utilises des termes se rapprochant du langage soutenu, ce qui montre que tu es quelqu'un qui sait écrire un minimum. Et même si il y a quelques erreurs par-ci par-là, tu possède un bon style d'écriture à ce niveau là, et ton choix des mots est assez bon.
Enfaite c'est juste que j'essaie par dessus tout de bannir les répétitions. Je suis donc obligé d'aller fouiller dans les synonymes et même de passer par fois par des tournures complexes pour garder l'esthétique de la phrase. C'est p'être même le plus dur dans l'écriture enfaite.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xnqıq

avatar

Messages : 2952


MessageSujet: Re: Nécrographie d'Alice Beauval   Lun 23 Aoû - 23:42

Ce que je voulais dire c'est que tu dois faire attention à la longueur de tes phrases ^^"

Je rajouterais juste un truc :
Citation :
Il vendit ses biens les plus précieux, il se séparat de ses serviteurs les moins dévoués et les moins proches de sa fille et trouva un travail dans cette région isolée où la véritable nature de sa pauvre fille était encore inconnue -ce fut bien évidament une chance pour lui car personne n'aurai voulu acheter les services d'un homme dont la progéniture était déclarée comme "démoniaque" et "impure" par l'église- afin de garder le confort et le luxe dans lequel baigait Alice -car, comme il le disait si bien, s'il n'avait pas pu offire une vie a sa fille mais il pourait lui offrir un monde-.

Relis bien cette phrase, elle est pleine d'erreurs que j'ai cité, et également d'autre petites erreurs Clin d\'oeil
(je sais que c'est un peu salow comme méthode, mais c'est pour ton bien :F )


Chevalier de la A ®️onde. (COFI)
*C'est pour déconner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
3phy

 
avatar

Messages : 7420


MessageSujet: Re: Nécrographie d'Alice Beauval   Lun 23 Aoû - 23:46

En effet. C'est bourré de fautes. Faudra que je passe par de la relecture.
Et oui, c'est trop long. Et c'est la faute au textes entre tiret qui coupent quand même le rythme. Y'a pas moyen. Faut que je trouve comment remanier tout ça moi.
(help).

Edit: C'est mieux comme ça non?


Il vendît ses biens les plus précieux, il se séparat de ses serviteurs les moins dévoués et les moins proches de sa fille et trouva un travail dans cette région isolée, où la véritable nature de sa pauvre fille était encore inconnue. Ce fût bien évidament une chance pour lui car personne n'aurai voulu acheter les services d'un homme dont la progéniture était déclarée comme "démoniaque" et "impure" par l'église. Il avait fait tout cela afin de garder le confort et le luxe dans lequel baignait Alice car, comme il le disait si bien, s'il n'avait pas pu offrir une vie à sa fille mais il pourait lui offrir un monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xnqıq

avatar

Messages : 2952


MessageSujet: Re: Nécrographie d'Alice Beauval   Mar 24 Aoû - 0:44

C'est mieux ^^

Mais je te fais une petite analyse pour te montrer quelques erreurs, disons, récurrentes, ou qui pourraient le devenir, et pour faire en sorte que cette/ces phrases devienne/nt parfaite/s Clin d\'oeil

Citation :
Il vendît ses biens les plus précieux, il se séparat de ses serviteurs les moins dévoués et les moins proches de sa fille
J'aime pas.
:F
ça fait répétition de "moins", c'est trop pas positif !
Arrange toi pour qu'une "égalité" soit toujours respectée.
Nous sommes dans une situation où la neutritude (:F) doit être conservée (un peu genre Yin et Yang tu vois ?)
Si tu place une liste avec des comparatifs, ou des compléments d'accentuations, arrange toi pour que ceux-ci ne se répètent pas.
(mais attention, il existe des situations où la "neutritude" n'a pas besoin d'être conservée, exemple : Elle avait tout : C'était la plus belle, la plus intelligente, la plus drôle)

Citation :
et trouva un travail dans cette région isolée, où la véritable nature de sa pauvre fille était encore inconnue.
J'aime pas.
:F
Déjà le "cette région" me dérange... Désolé
ça donne l'impression que le lecteur connait déjà la région. Alors que... bah... bah que non en fait.
Sinon, je pense que tu peux retirer la virgule après "isolée" Clin d\'oeil

Citation :
Ce fût bien évidemment une chance pour lui car personne n'aurais (c'est du conditionnel Clin d\'oeil ) voulu acheter les services d'un homme dont la progéniture était déclarée comme "démoniaque" et "impure" par l'église.
Ca va.
A part les fautes, rien à dire de vraiment important àce niveau Clin d\'oeil

Citation :
Il avait fait tout cela afin de garder le confort et le luxe dans lequel baignait Alice car, comme il le disait si bien, s'il n'avait pas pu offrir une vie à sa fille mais il pourait lui offrir un monde.
Aaaaaargh !
Moi - aimer - négation
Met un point après "Alice", sinon, ça va trop vite !!!
Ensuite, tu peux laisser la virgule derrière le "car", mais je te conseil de l'enlever. Clin d\'oeil
Et au final....

Citation :
s'il n'avait pas pu offrir une vie à sa fille mais il pourait lui offrir un monde.
oO
Citation :
s'il n'avait pas pu offrir une vie à sa fille mais il pourait lui offrir un monde.
KO
Citation :
s'il [...] mais il
Sriden

T4ARETE PA EN PLIN MILIE D1 FRAZ POUR MANG2 D2 CHIPS ET SOUVIEN TOI UN PEU DE T2 FRMULATION DE FRAZ BIRDEL DE MORDE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Soupir
ça soulage :F


Chevalier de la A ®️onde. (COFI)
*C'est pour déconner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
3phy

 
avatar

Messages : 7420


MessageSujet: Re: Nécrographie d'Alice Beauval   Mar 24 Aoû - 1:02

Pour les "moins", je ne peux pas mettre une neutralité vu que la phrase se doit d'être négative (sinon il n'y aurai aucune raison que les serviteurs se fassent virer). (d'ailleurs t'as relevé la répétition moins-moins mais pas il-il du début... j'vais corriger ça aussi).

Le "Cette" de "cette région" renvoie à la région citée dans le chapitre 1. "la région" aurai très bien pu passer mais le cette insiste plus sur le fait qu'elle est bien distincte des autres. C'est quelque chose de bien défini contrairement à "la région".

Pour le s'il-mais il, c'est parce que la phrase n'était pas construite pareil à l'origine et que je ne l'ai pas réécrite en entier quand je l'ai modifiée (je fait souvent ça ce qui cause des incohérences si je relis pas (donc je devrai relire).

Encore merci pour tout ça bibi. Tu m'aide bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xnqıq

avatar

Messages : 2952


MessageSujet: Re: Nécrographie d'Alice Beauval   Mar 24 Aoû - 1:07

pour le "cette région", je voyais plutôt :
"et trouva un travail dans une région isolée où la véritable nature de sa pauvre fille était encore inconnue."

Mais bon, ce ne sont que des conseils, hein Clin d\'oeil


Chevalier de la A ®️onde. (COFI)
*C'est pour déconner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
3phy

 
avatar

Messages : 7420


MessageSujet: Re: Nécrographie d'Alice Beauval   Mar 24 Aoû - 1:37

C'est vrai que ça sonne mieux. Mais du coup, la région n'est plus définie comme étant celle où ils vivent. C'est de l'indéfini...
Mais paradoxalement, je cherche aussi a garder une certaine incertitude sur tout ça. Bien que la région soit bien définie, on ne sait pas où elle se trouve ni quelle région c'est.
Je devrai peut-être mettre un truc du genre "et trouva un travail dans la région où ils vivaient et où la véritable nature de sa pauvre fille était encore inconnue."
Mais ça fait répétition de où.
Ou encore quelque chose tel que:
"et trouva un travail dans la région, là où la véritable nature..."
Ça fait trois "la" dans la phrase mais je ne trouve pas ça vraiment choquant.

PS pour Kaila> J'ai remplacé le "il-mais il" par "s'il-il". Ça sonne mieux il me semble. M'enfin c'était juste histoire de dire enfaite.



Dernière édition par Ephy le Mar 24 Aoû - 1:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaila
  
  
avatar

Messages : 4252


MessageSujet: Re: Nécrographie d'Alice Beauval   Mar 24 Aoû - 1:39

Le "cette" est tout à fait justifié ici étant donné que le lecteur sait de quelle région on parle.
Je lui ai corrigé les deux premiers chapitres, dont le fameux "s'il [...] mais il" en "il [...] mais il".
Au passage, à la 3ème personne du conditionnel, on écrit "aurait".


Achetez RPG Maker MV sur Steam !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
3phy

 
avatar

Messages : 7420


MessageSujet: Re: Nécrographie d'Alice Beauval   Mer 25 Aoû - 17:38

Le chapitre Une douce solitude est posté.
Comme j'ai enfin décidé de faire tout ça sur open office, c'est plus facile pour repérer les fautes donc j'ai pas fait faire de correction à Kaila (à vrai dire c'est parce que je voulais le poster rapidement pour pas trop vous faire attendre).
Pour ceux que ça intéresserait, j'ai pour le moment de quoi remplir 11 pages A5 avec tout ça *joie*.
Sur ce, bonne lecture à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xnqıq

avatar

Messages : 2952


MessageSujet: Re: Nécrographie d'Alice Beauval   Mer 25 Aoû - 18:01

Une chose à dire : Vive Open Office :dance:

Beaucoup moins de fautes, à part celle que j'avais signalé ^^
Toujours un très bon style d'écriture, tu sais passionner le lecteur uniquement via des textes narratifs et je peut t'assurer que ce n'est pas toujours facile.

On reste dans le même thème de description, avec aucune péripétie particulière, je ne peut donc pas vraiment te faire une critique sur ce passage du texte.
Mais je vais plutôt ici parler des erreurs que tu n'as pas faites : trop longues phrases, ponctuation, etc

Souvent le style d'écriture est quelque chose de difficile à modifier car on y est attaché, vu que c'est notre moyen de partager les choses, et donc de les ressentir. Comprendre ses erreurs, les assimiler et savoir les réparer comme tu l'as fait ici est donc quelque chose de très bien, et de très important Clin d\'oeil je ne peut donc que te féliciter pour ce passage, et t'encourager à continuer ainsi Clin d\'oeil

un gros +1 a toi !


Chevalier de la A ®️onde. (COFI)
*C'est pour déconner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
3phy

 
avatar

Messages : 7420


MessageSujet: Re: Nécrographie d'Alice Beauval   Jeu 26 Aoû - 16:23

Merci beaucoup Bibux. C'est grâce à vos conseils tout ça.
Pour ce qui est du style enfaite je pense que si c'est bien et captivant c'est avant tout parce que quand j'écris mon histoire me captive aussi.
Pour ce qui est des péripéties, y'en aura peu voir pas. Ce sera surtout du récit. Quelques descriptions aussi.
J'aimerai en dire plus mais je risquerai de dévoiler des infos qui gacheraient le plaisir de l'histoire.


Edit: Le chapitre 4: Le professeur, est posté. Un peu plus long que le précédant.
Bonne lecture à tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nécrographie d'Alice Beauval   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nécrographie d'Alice Beauval
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Nécrographie d'Alice Beauval
» Alice... au pays des merveilles
» Mlle.Alice
» Nouvelle Offre Alice Initial
» [Votes] IOTW #55 Alice au Pays des Merveilles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Maker Détente :: Salle d'exposition :: Galerie-
Sauter vers: